Quelques témoignages... Si vous souhaitez vous exprimer, envoyez-nous un mail.

39 ANS après s'être perdus de vue,Jean-Claude Guérin ditToto et Bernard Aumaitre se retrouvent ! OXWARD (Californie) en 1999

 

  • 1
  • Etienne Boissonneau 1969

    Une dette de reconnaissance. Historique : Ancien bouclier humain sur les sites stratégiques en Irak (1990), ,j'ai eu l'heureuse surprise d'entendre sur les ondes de Radio France International un message de soutien et d'encouragement de la promotion Urbain Dubois. Comment et qui connaissait ma situation à l'époque ? Je l'ignore : sans doute le téléphone arabe!!!!!!!!! 
  • François ALBERT

    Trouver un contact avec des Professionnels ou les échanges seront libres et sans calcul (allez comme une petite famille ???). Et dans mon imaginaire le fait d'être tous issus de l'Ecole Hôtelière doit favoriser ces échanges car nous avons tous quelque chose qui nous rapproche, que nous avons vécu en commun mais pas forcément au même moment je sais !! Echange amicaux et professionnel qui peuvent apporter aux uns et autres. Et aussi du ludique, style journée pétanque !! 
  • David ENJALRAN – Laura WEGMULLER (1999)

    Nous sommes adhérents à l'association des anciens élèves car c'est une façon de conserver l'aspect familial et convivial de l'hôtellerie. Cela nous permet de garder contact avec les professionnels de l'hôtellerie et les promotions que nous avons connues. Ainsi nous pouvons voir l'évolution de chacun et renouer contact n'importe quand, et aujourd'hui beaucoup plus facilement grâce au Web. 
  • Francis BRUNET (1969)

    Parce que sans doute ça représente le cordon ombilical... la source de vie vers le métier... C'est aussi enfin pour ma part, un excellent souvenir d'école, de profs (certains.. pas tous!!), un endroit où j'ai APPRIS quelque chose et qui m'a servi pour ma vie professionnelle!! Egalement une école de la vie tout court !!! 
  • Jean-François CELERIER (1972)

    Les circonstances m'ont permis de choisir de me déraciner et de vivre depuis plus de 17 ans maintenant en Australie. L'AEEHT m'a donne l'occasion de renouer contact avec ceux avec qui j'ai partage mon entrée dans la vie d'adulte. Certainement un peu de nostalgie, mais avant tout garder la porte ouverte sur l’amitié. 
  • Jacques CASASSUS BUILHE (1970)

    Et bien pour entretenir ce grand jardin de jeunes et de vieilles "plantes", c'est toujours beau à regarder un jardin bien entretenu : ça vous inspire, de temps en temps on se souvient qu'il faut "l'arroser", dans ce monde de cueilleur il faut des planteurs ! 
  • Bernard GRANIE (1986)

    C’est pour me maintenir en contact avec mes anciens camarades, tout en n'ayant pas le temps de le faire, mais en espérant pouvoir un jour... En effet si mon adresse permanente se trouve a Toulouse chez mes parents, j'en suis parti depuis 13 ans. Je suis actuellement à Séville Directeur de Restauration dans l’hôtel Alfonso XIII (chaîne Westin). Un site Web me permettra de me connecter plus souvent et qui sait participer un peu plus. 
  • Luc GUIBERT (1971)

    Juste l'esprit tribal, groupe de gens qui devraient avoir des relations privilégiées, commerciales, amicales, de travail, de confiance et de communication dans un monde de plus en plus sans scrupules.
  • Pascale ROHRER PLOUZEAU (1983)

    C’est pour garder le contact avec des Anciens, de plus, comme je suis restée dans la même branche, cela permet de se rencontrer et d’échanger sur nos expériences. C’est toujours enrichissant..
  • Olivier LOUBIERE (1987 et 1989)

    Je souhaite favoriser les retrouvailles avec d'anciens camarades éparpillés sur la Planète
  • Jean-Baptiste GERARDO (1977)

    Tout d'abord, il me semble très important de garder un contact avec les origines que l'on a. Cela ne doit pas être passéiste, bien au contraire, mais il n'y a aucune raison de renier ce que l'on a fait. Je disais bien au contraire car l'association et surtout ainsi qu'elle est vue doit être un moyen "d'aller de l'avant". Cela peut-être au niveau personnel, en retrouvant des anciens camarades, mais aussi au niveau professionnel en rencontrant de nombreux autres restaurateurs et en échangeant. La mise en commun et l'échange me semblent être des bases dans ces métiers de la restauration et de l'hôtellerie qui évoluent énormément en ce moment. Comment peut-on évoluer en restant seul et en n'étant pas "ouvert sur le monde". Les bons professionnels sont souvent ceux qui ont voyagé et qui se sont "enrichis" en allant voir ailleurs. La mise en commun d’expériences peut se faire dans une association d'anciens élèves ! 
  • Jérôme GIBRAT

    Je compte utiliser cette association pour m'aider a trouver du personnel qualifié pour mes recrutements à venir. Ma deuxième raison est purement de la curiosité : j’espère, au travers de cette Association, rencontrer des Anciens de promo dont j'ai perdu la trace ou tout simplement des Anciens avec plus d’expérience qui pourraient un jour me renseigner sur tel ou tel problème ou question.
  • André GRIMAL (1965)

    Pour essayer de garder le contact avec les copains et participer annuellement aux repas des anciens, !!! tout ça c'est un vœux pieu, mais la réalité est qu'on a laissé passer le temps, qu'on a très peu participé aux réunions annuelles, mais toujours avec un désir de ne pas se perdre de vue, et d'ailleurs, j'en fais la preuve en me lançant un défi : retrouver les anciens de la promo De POMIANE et fêter ensemble nos 35 ans de sortie de l'école ! En tous les cas, je m'y active... et je pense qu'on va réunir pas mal de monde ! 
  • Dominique Toulousy (Promo 72), Cuisinier, Les Jardins de l’Opéra, Toulouse (31)

    « Etre membre de cette association c’est garder le contact, renouer des liens et rendre service que se soit en terme d’emploi ou de réglementation. Au-delà de l’enseignement technique que nous avons reçu à l’Ecole Hôtelière, c’est une certaine discipline de vie qui nous a été transmise, savoir se tenir, se présenter, le respect vis-à-vis de soi-même, la politesse… A 80 ans on a vécu beaucoup de choses, la guerre, l’évolution des mœurs et donc du métier, …on attend les 100 ans… 
  • Yves Audouy (Promo 72), Restaurateur le Petit Trianon, Paris (75)

    « 3 ans ensemble, dans les dortoirs avec une discipline très dure, ça ne s’oublie pas ! Cette association, c’est notre jeunesse, nos souvenirs et l’occasion de se retrouver chaque année à Toulouse autour d’un bon repas, … C’est difficile dans cette profession de garder le contact. Nous nous enfermons dans nos métiers qui sont très durs. L’Ecole de Toulouse nous a appris un certain état d’esprit, plusieurs métiers et de la discipline… ».
  • Nicole Creteaux (Promo 68),

    « Cette association est un véritable lien entre les différentes promotions de l’Ecole Hôtelière de Toulouse. Elle nous permet de garder le contact avec les anciens élèves qui sont en France ou à l’étranger Tous les deux ans, nous nous regroupons avec ma promotion…. Même si ça n’a pas toujours été facile d’être une femme dans un monde d’hommes, notamment parce que certains cours comme l’œnologie nous était interdit, l’école a su nous inculquer des valeurs et un métier qui encore aujourd’hui reposent sur des bases solides… Je participerais avec plaisir aux 80 ans de l’AEEHT et je souhaite à l’Association de perdurer encore longtemps. 
  • Jean-Claude Foinels (Promo 59),

    « Cette association est pour moi un attachement sentimental à ma vie d’étudiant, à l’Ecole Hôtelière de Toulouse. Chaque année nous nous réunissons avec mes camarades. Ils viennent de France mais aussi des Etats-Unis, d’Haïti, du Royaume Unis, du Canada, …Depuis 80 ans l’association prouve, si besoin en était, qu’elle est un trait d’union entre nous tous. Elle résume parfaitement la qualité de l’enseignement que nous avons reçu, solide et empreint d’un certain esprit… ».